lettre électronique à wilhem coindre   qui avait pour titre   putain! sept ans   en référence à une expression mise à la mode par une émission satirique télévisée

 

putain! sept ans   …   au moins   depuis qu’on s’est vus ou même écrit   au moins   dis moi ce que tu fais où tu le fais avec qui   ne prends la liberté d’omettre que les détails intimes   je reconnais tu peux me les cacher   pour ma part je travaille dans une entreprise de publicité sur internet   certains jours c’est moins ennuyeux que d’autres   d’autres c’est plus qu’ennuyeux   la moyenne est supportable   récemment j’ai recommencé à écrire très assidûment   tous les jours plusieurs heures même et je prépare une sorte d’autofiction sous la forme d’une lettre (à mon) amoureuse qui a dégénéré   on n’est jamais à l’abri d’une rechute   continues tu d’apprendre de nouvelles langues   as tu conservé ton amour de varsovie   quelles sont tes activités   je ne crois pas changer beaucoup si ce n’est mon ventre que   je ne tente de faire rétrécir qu’épisodiquement et sans assiduité avec de la course à pied   je crois que je suis un peu impatient d’avoir des nouvelles de toi   j’habite dans le 17e arrondissement de paris et mon téléphone est le (je lui donne mon numéro de téléphone portable)   grosses bises

 

il est minuit 18 je suis fatigué   de toute façon c’est déjà demain il est donc   trop tard   pour rattraper ce jour de non écriture je ne suis pas fier de moi   demain je devrai ne pas me trouver d’excuse   aujourd’hui j’ai passé beaucoup de temps à évaluer l’intérêt de reprendre à un collègue de travail son ordinateur de paume   qui tient dans la main   ça ferait un outil d’écriture de voyage adjoint au moleskine   mes textes me suivre   sans supporter le volume et le poids de l’ordinateur de dos